Je ne vais pas à l’école et alors ?

Bonjour vous. Aujourd’hui je vous parle de quelque chose assez particulier, qui n’a rien à voir avec la beauté, les cheveux, le lifestyle… ce sera plutôt un article plus personnel.

Je ne vais pas à l’école… et pourtant, je suis en âge d’y aller ?

Vous ne le saviez peut être pas, mais j’ai 16 ans. En France, il est légal d’arrêter ses études à cet âge, ce n’est pas mon choix : j’ai seulement voulu arrêter d’aller à l’école. Comprenez la nuance : arrêter d’aller à l’école, ne signifie pas que j’arrête d’étudier. Je continue bel et bien mes études à distance, via un organisme appelé CNED (Centre National d’Enseignement à Distance).

Mes motivations sont simples et difficiles à décrire à la fois. Souffrant d’agoraphobie et ce qui semble être une phobie scolaire, le fait d’être constamment entourée par d’autres gens, des professeurs parfois peu à l’écoute de mes besoins spécifiques (d’espace, de temps et de calme, davantage que les autres étudiants) me rendait malade. Littéralement. Entre nausées, larmes aux yeux constantes, sensation d’étouffement, et malaises réguliers : aller à l’école n’était clairement pas envisageable pour moi. Cette peur omniprésente de mal-faire était également un facteur aggravant, je n’entendais plus qu’une seule phrase « Réussir ton bac ou louper ta vie ».

Il y a une véritable pression dans l’environnement scolaire, que beaucoup de personnes ne ressentent peut être pas, ou très peu… et c’est tant mieux pour elles mais voilà j’ai la (mal)chance, je suis hypersensible. Je ressens tout sur tout, partout, tous le temps. Je pleure fort, je ris fort, je vis beaucoup, je ressens chaque chose comme une rafale. Le lycée était pour moi une tornade chaque matin, chaque midi, chaque soir. Trop c’est trop, j’ai décidé d’arrêter d’aller à l’école début décembre 2015.

J’ai arrêté l’école… Ai-je fuis le problème ?

Jolie phrase que l’on m’a répété encore et encore, jusqu’à faire exploser ma tête. J’ai remué la phrase dans tous les sens, et non je n’ai pas fuis le problème. La fuite, c’est lâche ; moi je me suis battue, et j’ai tenue… 13 ans dans un environnement scolaire. 13 ans de pleurs, de larmes, de torrents violents, de souffrances, de maux, d’incompréhensions, de peurs, de harcèlement. Le mot est tombé, j’ai été harcelée et cela est un facteur évident s’ajoutant à la liste de mes maux, même si cela ne justifie qu’en partie le problème. Je ressentais également un vide énorme, mes problèmes personnelles s’amoncelaient, et comme un cercle vicieux, ils annonçaient un retard scolaire, je n’étais plus à jour dans mes cours, je ne m’en sortais plus. A côté de cela, s’ajoute le fait que cette pression constance me rendait quelqu’un d’autre : crise de dépersonnalisation, déréalisation, ces sensations sont là pour prévenir d’un danger. Mon danger à moi, c’était l’école.

Alors, ne plus aller à l’école, est-ce une honte ? Je ne crois pas, car quand les souffrances sont réelles, physiques, vous détruisent, vous rongent, il faut réagir avant de tomber plus bas que l’on est déjà. C’est une question de survie.

Je ne vais plus à l’école… Comment j’étudie ?

Le CNED me permet d’avoir une scolarisation presque normale. J’étudie à la maison, toute seule (ou presque). Derrière mon ordinateur et mes livres de cours, j’étudie comme n’importe quel élève le ferait. La nuance réside dans le fait que j’avance à mon rythme, je suis mon propre professeur et il n’y aucun bruit de fond de classe ni d’imbécile qui lancerait des boules de gommes dans mes cheveux. Si j’ai besoin d’aide, le CNED propose des professeurs, je peux envoyer un mail ou les appeler en cas de besoin, ils sont presque toujours joignables en journée. Si je ressens un malaise, je n’ai pas besoin de demander à un professeur qui doutera de ma bonne foi, si je peux aller aux toilettes ou à l’infirmerie : je me lève, et j’y vais. J’écoute mes besoins avec tout.

Les études à distance demandent de la patience, du temps et de la motivation. J’ai les trois, le tout est de trouver un équilibre entre santé et études. Contrairement aux idées reçues, non les élèves à distance ne sont pas des paresseux, bien au contraire cela demande beaucoup de rigueur ! Il faut prendre le temps de bien comprendre le cours par soi-même, faire les exercices correctement, s’auto-corriger pour mettre en application le cours et enfin rendre un devoir (et non, il n’y a pas possibilité de tricher) qu’un professeur du CNED corrigera.

Certaines personnes prendront évidemment plus de temps à assimiler les leçons, et étudieront plus qu’en école ordinaire… Ce n’est pas mon cas, en règle générale je me lève vers 8h et commence à travailler de 9h à 12h, puis de 13h à 15h : ces 5h de cours par jour me suffisent. Si cela vous semble peu, c’est normal chacun à son propre rythme de travail. En enseignement à distance, on privilégie la qualité à la quantité, retenez cela.

On entend également souvent que l’enseignement à distance, c’est un truc de riche. C’est faux : il peut être pris en charge par différent organismes sociaux dont la région, notamment. C’est un coût certes, l’on fait souvent peur avec cela et pourtant cela n’est pas forcément si élevé que ça, en comparaison avec la scolarisation ordinaire.

Et si pour vous l’école à distance est un truc de riche, de fainéant, une solution de simplicité… Je vous invite à aller voir l’article d’Elisa, juste ici.

Je ne vais plus à l’école… Et maintenant ?

Et maintenant, je vais mieux. Lorsque j’ouvre mes cahiers, je suis sereine. Si j’ai mal, je suis souffrante, je ne me lève pas, j’écoute mon corps et me repose. La vie continue son cours et si vous osez dire que « ton patron plus tard ne te laissera pas dormir si tu as mal au ventre » ou encore « tu ne trouveras pas toujours des arrangements comme ça dans ta vie de salariée », laissez moi vous répondre : quel patron ? Ai-je besoin de suivre un ordre social, dicté par un monde qui ne me ressemble pas ? Cela est peut être un peu idéaliste de ma part, mais j’aime me dire que la vie est belle et que j’ai besoin d’écouter mon corps, mes envies et non celles d’autrui. Je trouve minimaliste de réduire l’expression « réussir sa vie » à « avoir un boulot, un mari, des enfants, une maison, des amis », car cela n’est pas nécessairement vrai pour tous le monde. Pour moi, réussir ma vie c’est être bien dans mon corps, suivre mes envies et mes besoins, vivre presque au jour le jour, vivre vraiment sans me préoccuper des choses qui ne me concernent/correspondent pas. Inconsciente que je suis, vous dites ? Peut être, mais en attendant je suis épanouie.

A ce jour, je vais entrer en classe de terminale littéraire spé. arts, cela me plait beaucoup. J’ai passé mes épreuves anticipées du Bac presque haut la main, en ayant fait que 4 mois en cours au total.

Je vous invite aussi à lire mon article, plus ouvert sur la question de l’enseignement à distance. Retrouvez le sur le webzine SoWorkinGirl.

 

 

Publicités

36 réflexions sur “Je ne vais pas à l’école et alors ?

  1. Je trouve cet article bouleversant : déjà, c’est très bien écrit. En plus, je trouve ça extrêmement courageux et beau de se dévoiler si honnêtement et simplement. Je crois que le système scolaire classique ne correspond effectivement pas à tout le monde, loin de là ! Surtout pas jusqu’à la terminale ! Je trouve formidable que tu aies trouvé cette solution. Moi-même j’étais très adaptée au système scolaire, mais ça ne m’empêche pas de le trouver bancal.
    Une seule chose que je peux dire : j’ai cette même vision idéaliste de la vie. Je me rappelle qu’on nous disait « attention, le choix de vos études est crucial : vous choisissez un métier pour toute la vie ». C’est tellement bête et faux ! On peut se réorienter, on peut tout quitter et élever des lamas, on peut aller vivre tout seul dans la montagne, on peut vivre de son art, ou effectivement avoir une vie plus « classique » et avoir un patron. Une chose est sûre : il y aura toujours des gens pour penser que tu n’es pas réaliste, pas normale, pas je ne sais quoi. Et beaucoup de jaloux.
    Bref ! Je suis très sensible à ce sujet parce que je crois qu’on casse beaucoup d’être humains au sein du système scolaire …
    Je ne sais pas si tu connais mais cet article m’a tout de suite fait penser à ce blog : http://www.agotrip.com/ . C’est une famille qui vit sur les route depuis quelques mois, et la maman est agoraphobe. C’est très intéressant.

    Aimé par 3 people

    • Bonjour,
      Merci beaucoup pour ton commentaire très encourageant ! Tu as tout à fait raison, on se rejoint là dessus : le système est bancal et pas forcément adapté. J’ai également trouvé qu’on cassait toute humanité à travers ce système, même si l’on le cache… Par exemple, mes CPE/infirmières scolaires m’ont toutes répétées sans cesse que j’étais pas faite pour l’école à distance, que je n’y arriverai pas et je finirais à la rue… Est-ce une manière d’encourager de futurs adultes ? Je pense sincèrement que l’on essaie de mieux nous rentrer dans un moule pré-construit pour éviter que l’on ne se « rebelle », si je puis dire. C’est la triste réalité, à nous de construire notre monde maintenant !
      Je ne connaissais pas du tout ce blog, je vais y faire un saut ! Merci pour la découverte.
      A bientôt ! 🙂

      Aimé par 1 personne

      • Ça me rappelle ce que mon père raconte toujours. Dans son bulletin du CP, il y a fort fort longtemps, la maîtresse lui a écrit « l’enfant n’a pas de mémoire, il ne fera jamais rien dans la vie ». C’était il y a une 50aine d’années ! Il semble que les choses n’aient pas beaucoup évolué….
        C’est très beau d’avoir eu le courage d’aller contre ces avis, et avec de la volonté on peut tout réussir !!! Ne jamais lâcher, et toujours croire en ses rêves 🙂

        J'aime

  2. Merci pour le partage! J’admire les gens qui osent se montrer vulnérable.

    Tu fais bien de prendre soin de toi et de t’écouter. Peu importe ce que tu fais, il y aura toujours des gens pour juger de toute façon. Aussi bien faire ce dont tu as envie!

    J'aime

    • Merci beaucoup !
      Cela me paraissait plus qu’important, d’autant plus que la rentrée approche et dieu sait combien on va entendre parler de phobie scolaire pas prise au sérieux… Mieux vaut prévenir que guérir !

      J'aime

  3. Hello!
    Merci pour ton article qui rappelle qu’il n’existe pas qu’une forme d’enseignement.
    Depuis deux ans et encore pendant deux ans, je pense, je suis un enseignement en e-learning pour passer un Master 2. Sans ce type de formation, je n’aurais pas pu : je travaille, j’ai deux enfants et je suis loin de l’université. Et au final, mon e-learning marche bien.
    Mon seul regret? Je me sens isolée dans cette formation et parfois j’aimerais avoir des échanges physiques avec mes collègues pour me re-motiver. mais on ne peut pas tout avoir…
    Et toi, comment gères-tu les relations sociales du coup? Surtout que si tu es agoraphobe, il certainement essentiel que tu les maintiennes en individuel, non?
    Bonne journée!

    J'aime

    • Bonjour,
      Concernant les relations scolaires, je n’en ai que très peu et ça a toujours été comme cela… Introvertie (et pas timide, nuance !) de nature, je n’ai jamais vraiment eu beaucoup de contacts sociaux, j’ai du mal cela n’est pas vraiment pour moi je suppose… De même j’ai tendance à vite faire « peur » aux gens, je suis très absente, dispersée comme amie, « égoiste, froide », diront même certains car je ne sors pas, je ne suis pas une super amie… Je n’ai que quelques rares amis en ligne, et un petit ami qui eux, sont comme moi distants et dispersés, et cela me suffit !
      Je comprends que cela puisse te manquer, tous le monde n’est pas forcément aussi solitaire que moi ahah… En tout cas je t’envoie beaucoup de courage pour ce Master 2 c’est du boulot déjà seul, mais avec 2 enfants et un travail cela fait beaucoup !
      A bientôt ! 🙂

      Aimé par 1 personne

  4. Bravo pour cet article ! Tout comme toi je prend des cours par correspondance, et ça me plaisir de lire ton ressenti. Ce n’est pas parce qu’on étudie à la maison qu’on est flemmard ou quoi, c’est un choix qui impose tout autant de travail ! Pour moi la fac ce n’était plus possible … peu de personnes ont compris mon choix et ça m’a beaucoup affecté. Mais après tout, le principal c’est d’être heureux dans ce que l’on fait 😊
    Alors continue sur cette voie, tu vas y arriver 😘

    J'aime

  5. Ton article est très bien écrit, j’admire ton courage et ta détermination. Je ne vois pas du tout les « élèves à la maison » comme des paresseux. Il faut une telle rigueur et motivation.

    Tellement d’élèves qui souffrent de phobie sociale/scolaire, et d’autres troubles psy, je pense que cette alternative devrait être plus proposée à ces élèves. même si je ne pense pas que ça m’aurait réussi, j’aurais aimé qu’on me la propose. bref, merci encore pour ton témoignage.

    J'aime

    • Merci pour ton commentaire !
      Effectivement, on en parle tellement peu en réalité… j’ai du me battre pour trouver cette alternative qu’on me refusait/cachait partout. C’est bien dommage car ça en vaut la peine !

      J'aime

  6. Mais c’est génial! Il y a tellement d’enfants et d’ados qui aiment etudier, qui ont un projet mais qui n’aiment pas l’environnement école. J’étais plutôt bien á l’école, je n’ai jamais angoissé á l’idée d’y aller (sauf lors des exams, mais c’était du stress gérable), mais je peux comprendre que certains ne s’y plaisent pas car c’est particulier.

    Aimé par 1 personne

  7. Je te trouve très courageuse, tu as réussi à identifier tes problèmes et à faire la part des choses pour continuer à étudier et t’écouter en même temps. Peut-être que plus tard tu auras un patron, peut-être que plus tard, tu seras ton patron, peut-être que tu trouveras ta voie sur un autre chemin. L’important c’est maintenant, et c’est toi. 🙂

    Pour ma part, j’ai vécu un enfer scolaire, harcelée de mes 8 à 18 ans, il m’a fallu du temps pour réussir et trouver un travail mais avec de la patience, j’ai trouvé une force insoupçonnée. Je suis beaucoup moins sensible qu’à l’époque, même si j’ai ensuite changé de voie pour devenir mon propre patron. Rien ne dit que ce que tu es aujourd’hui est ce que tu seras dans quelques années. (Mais je te souhaite de toujours suivre ton instinct et ton écoute de toi).

    J'aime

    • Merci pour ton commentaire et tes mots encourageants !
      J’ai eu du mal à faire face au harcèlement moi aussi, heureusement comme toi j’ai réussi à m’en sortir mais le mal était fait et j’avais vraiment besoin de changer d’air… le scolaire traditionnel n’est vraiment pas pour moi, c’est une certitude maintenant !

      J'aime

  8. C’est un type d’enseignement que j’aurais vraiment aimé avoir quand j’étais à l’école… le harcèlement scolaire était horrible mais personne ne me prenait au sérieux, même quand j’avais les vêtements déchirés et des traces de coups partout… ma mère avait vaguement fait quelques recherches, vu le prix, et pour une femme seule au RSA c’était mort. Elle n’a pas cherché à savoir si elle pouvait bénéficier d’aides… du coup j’ai subi de A à Z. Tu as de la chance d’avoir des parents à l’écoute, sois heureuse telle que tu es et prend soin de toi !

    J'aime

    • Je suis vraiment désolée d’apprendre ça… Dans cet article j’ai vraiment tenu à envoyer ce message, il y a de l’espoir, des aides possibles et j’espère qu’il sera entendu par un maximum de parents/personnes possibles, que l’on prenne ce problème au sérieux !
      Heureusement ton calvaire est terminé, prends soin de toi, toi aussi ! ❤

      J'aime

  9. Je ne vais plus à l’école non plus. Le Cned a ses défauts malheureusement surtout quand on est pas motivée comme moi.. Mais quel bonheur et quelle délivrance de ne plus mettre les pieds là bas.. Ca a été un soulagement pour mon coeur qui ne le supportait plus (et pourtant j’ai eus aucun problème au lycée). Une phobie qui sort de je sais pas ou.. Enfin bref tout ça pour dire que je te comprends! Trop bien même

    J'aime

    • Tu as déjà pensé à t’inscrire à un groupe Facebook d’élèves du CNED ? Cela apporte pas mal de motivation en général, on s’entraide pas mal. Et tu peux m’envoyer un message aussi si tu le souhaites, je suis du genre sur-motivée parfois (oui c’est possible :p) je te donnerai un petit coup de pouce si je le peux…

      J'aime

  10. J’ai également fait le CNED car j’ai déménagé de pays en pays et j’ai remarqué que j’avançais avec une vitesse considérable en comparaison avec les cours « normaux ». Le seul bémol que j’ai trouvé était le fait de me retrouver seule, il me fallait absolument une activité à côté !

    Aimé par 1 personne

  11. Cet article est vraiment très touchant… ❤ bravo a toi tu as su faire ce que beaucoup ne savent pas faire c’est dingue.
    Il a quand meme du te falloir du courage de vouloir etre  » différente  » ❤
    Bravo à toi, et il y a fort à parier que tu n’aurais pas obtenue d’aussi bons resultats si tu avait été noyer par l’univers déprimant d’une classe. 😣💔

    J’aurais fait beaucoup plus d’étude si je n’avait pas du fuir rapidement l’encadrement scolaire! 😒
    Mais j’ai rebondie et heureusement! ❤ beau partage en tour cas! ❤ de gros bisous ma poulette et bon courage pour ton parcours! 😍 tu vas aller loin! 👌😄

    J'aime

    • Merci beaucoup ma Ayunna ❤ !
      Contente de savoir que tu aies bien rebondies, tu es une fille extraordinaire et je suis contente de savoir que tu t'épanouïes dans ton métier d'esthéticienne !

      J'aime

  12. Je pense que le CNED peut être une bonne alternative si on est sérieuse, motivée et surtout autonome. Ca ne doit pas être facile de se donner soi-même un rythme à respecter, alors bravo !
    Et sincèrement, si le fait d’aller à l’école te rendait vraiment mal, ça ne sert à rien de souffrir alors qu’il existe des alternatives telles que les cours à distance. Ce n’est, à mon sens, pas une question de fuir quelque chose ou pas, mais simplement de t’être posé les bonnes questions et d’avoir pris une décision qui, je pense, a certainement chamboulé ta vie.

    Je te souhaite beaucoup de courage pour ta Terminale, en espérant qu’elle apporte succès et accomplissement de toi 🙂

    Aimé par 1 personne

  13. L’autonomie c’est important pour les études supérieures et le travail en général, donc ta démarche, si elle te convient, c’est quelque chose que j’encourage vraiment ! Perso, j’ai l’impression d’avoir perdu beaucoup de temps en cours car comme toi je travaille vite… Good luck pour ton bac !

    J'aime

  14. Tu as fait un choix très courageux ! Pour moi tu n’as fuis, bien au contraire ! Tu t’es battu et tu as simplement réussi à t’en sortir en trouvant ce qui te convient le mieux. Tu as raison quand tu dis qu’il faut savoir écouter son corps et son rythme. Malheureusement, la société dans laquelle nous vivons supprime tout ça, elle nous déshumanise complètement et sur tellement de points !
    Plus tard, tu seras certainement ton propre patron alors vis ta vie comme tu l’entends, c’est ça après tout l’essence même de notre existence 😉

    J'aime

    • Merci pour ton commentaire plein de bonnes ondes <3. Je compte reparler bientôt de tout ça, de cette déshumanisations des choses, ça me rend malade depuis des années hélas, ça me fait du bien d'en parler enfin librement !
      J'espère bien être mon propre patron, un jour !

      Aimé par 1 personne

Laisser un mot doux

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s